L’adolescente

Beaucoup de jeunes adolescentes, qui ont à faire face à la découverte de leur maladie nous demandent des informations concernant les problèmes de sexualité et de relations amoureuses. Celles qui souhaitent avoir un enfant s’interrogent quant aux difficultés que représentent la grossesse et l’accouchement. Les femmes enceintes et les jeunes mamans s’informent pour les conduites à tenir face à leur bébé.

Les adolescents qui découvrent que leur ami est narco ou hypersom ou ceux qui le sont eux-mêmes ont, d’une manière ou d’une autre, les mêmes interrogations. Les parents sont aussi en recherche de conseils et d’informations. Toutes ces questions demandent réflexion. Aucune n’a de réponse simple. Pour aider ces personnes à faire face au mieux aux difficultés liées à leur maladie, le Centre de Références Hypersomnies de l’Hôtel Dieu à Paris a édité une plaquette d’information intitulée “La narcolepsie au féminin“.  Aussi, nous complétons cette page de notre propre site Internet en y introduisant de nouveaux paragraphes. Nous nous inspirons donc largement, avec leur accord, de cette plaquette en gardant en particulier la structure de leur plan. Nous ne reprenons pas l’ensemble de son contenu et nous la complétons sur certains points.

Que peut faire une femme à l’adolescence ? La narcolepsie va-t-elle se modifier à l’approche de la puberté ?

La narcolepsie et l’hypersomnie n’ont théoriquement pas d’influence sur la puberté ni sur le cycle menstruel Toutefois à la puberté, la fragilité psychologique habituelle de la “crise” d’adolescence peut poser des problèmes de compliance au traitement, c’est-à-dire d’acceptation et de suivi des traitements médicaux ou d’application des conduites à tenir. C’est une réaction assez courante, parfois violente et qui peut désemparer temporairement les parents. Il ne faut pas hésiter à en parler au médecin ou à demander l’aide ou les conseils d’un psychologue. Il ne faut pas oublier non plus que, de façon complémentaire à ces solutions, de nombreux parents d’enfants sont adhérents de l’ANC. Ils ont eu à faire face aux mêmes difficultés, ils ont mis en place leur solution personnelle et le forum de l’ANC est fait pour informer, aider et échanger avec tous ceux qui se trouvent confrontés à ces problèmes. Quelques jours avant les règles, comme chez toutes les femmes, un syndrome prémenstruel peut se manifester, c’est-à-dire que des signes secondaires avant-coureurs existent et indiquent l’arrivée des règles. Dans nos maladies,  il n’est pas rare de noter une légère aggravation de la somnolence. Si c’est le cas, n’hésitez pas à en parler au médecin qui vous suit pour les troubles du sommeil afin qu’il augmente les doses du traitement éveillant quelques jours avant les règles.

Poster un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de