Sommeil paradoxal

Découvert par Michel Jouvet, c’est le dernier stade dans les différentes phases de sommeil. Il se caractérise par une absence totale de tonus musculaire, par des ondes de l’activité cérébrale identique à celle de l’éveil à l’EEG, par une stimulation des zones érectiles, pénis, clitoris, mamelon des seins. Cette excitation sexuelle n’est généralement pas causée par un contenu sexuel des rêves. De plus, il y a une forte activité des yeux qui semblent suivre un spectacle animé.

Ce dernier point a aussi fait nommer ce stade “stade des mouvements rapides oculaires (MRO)” ou en anglais REM (Rapid Movement Eyes). Pratiquement toujours, quand on réveille une personne à ce stade, elle se souvient qu’elle était en train de rêver. Cet état n’est atteint qu’au bout de 90 minutes de sommeil en général chez une personne normale. Les personnes narcoleptiques peuvent s’endormir en atteignant très rapidement ce stade, même durant les accès d’hypersomnie diurne. Ce point est l’un des critères retenus dans le TILE (test intermittent de latence d’endormissement)

« Back to Glossary Index

Poster un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de
Retour en haut de page