Hallucination

Ce n’est pas une maladie mentale répertoriée par le DSMIV. Mais l’American Psychiatric Association dans son “glossaire” la définit comme “une perception sensorielle en l’absence d’un stimulus externe actuel”.
Dans le manuel alphabétique de psychiatrie (PUF – 1965), J-M Sutter ne cite pas la narcolepsie dans son article “hallucinations”. Il reconnaît qu’il y a plusieurs formes de symptômes appelés hallucinations et que les auteurs qui voudraient leur donner une signification unique ont tort. Pour lui, l’hallucination est “une expérience psychologique interne qui amène un sujet à se comporter comme s’il éprouvait une sensation ou une perception alors que les conditions extérieures normales de cette sensation ou de cette perception ne se trouvent pas réalisées.” 
Il dénombre 7 conditions cliniques dans lesquelles on peut retrouver des hallucinations :

  • Les hallucinations physiologiques chez les sujets normaux : comme celle du rêve et les “visions du demi-sommeil” Elles sont hypnagogiques ou hypnopompiques (voir ces mots) (c’est là que peut se classer la narcolepsie, mais l’auteur ne la cite pas.)
  • Les hallucinations par atteintes des récepteurs périphériques (ex. yeux, …) se rencontrent surtout chez les personnes âgées.
  • Les hallucinations par atteintes localisées des centres nerveux varient suivant les centres touchés.
  • Les hallucinations de type onirique retrouvées dans les psychoses toxi infectieuses comme le delirium tremens de l’alcoolisme.
  • Les hallucinations des délires chroniques et des démences précoces.
  • On peut trouver des hallucinations dans beaucoup d’autres syndromes mentaux comme les états maniaques et mélancoliques, les névroses diverses et en particulier les névroses obsessionnelles. C’est sans doute dans cette catégorie que les psychiatres classent parfois les personnes narcoleptiques qu’ils tentent de soigner alors qu’ils n’ont pas posé correctement le diagnostic de narcolepsie !
  • Existe enfin la vaste série des hallucinations expérimentales dues la plupart du temps à des hallucinogènes. Sans le savoir, et en faisant un mauvais jeu de mot certains psychiatres confondraient-ils narcotique et narcolepsie ?

Roger Ropert dans son article “hallucination” paru dans “les objets de la psychiatrie” (Dictionnaire des concepts – L’esprit du Temps 1997) renvoie beaucoup à Esquirol (1838) et Henri EY (1973). Il insiste sur l’utilisation actuelle des hallucinogènes mais ne cite jamais la narcolepsie.
David G. Myers dans son livre “Psychologie” (Médecine-Science Flammarion – trad. fr. 1997) ne parle d’hallucinations que dans les chapitres sur les addictions aux drogues et sur la schizophrénie. Quand il parle de narcolepsie, dans les troubles du sommeil, il ne cite pas les hallucinations.

* voir aussi d’autres sites :
http://www.medix.free.fr/sim/hallucination-psychiatrie.php
http://fr.wikipedia.org/wiki/Hallucination
« Back to Glossary Index

Poster un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de