Catatonie

Le DSMIV (op cit) fait entrer la catatonie dans plusieurs manifestations symptomatiques :

  • F06.1 [293.89] : troubles catatoniques dus à une affection médicale générale
  • F20.2x [295.20] : type de schizophrénie
  • dans les spécifications des troubles de l’humeur : épisode dépressif majeur ou trouble bipolaire
  • et dans les spécifications de certains troubles psychotiques.

Les manifestations catatoniques peuvent être de plusieurs types avec des signes différents. Dans un aspect le plus typique, la personne catatonique est figée comme une statue, dans l’autre, la même personne peut montrer une passivité et son aspect figé peut devenir mobilisable selon les sollicitations de l’entourage.
Globalement et selon les cas, on peut retrouver au moins deux des éléments suivants

  1. Immobilité motrice se traduisant par une catalepsie (y compris une flexibilité cireuse) ou un état de stupeur.
  2. activité motrice excessive (apparemment sans but et non influencée par des sollicitations externes).
  3. négativisme extrême (résistance sans motif apparent à toutes les consignes ou maintien d’une posture rigide résistant à toute tentative de mobilisation) ou mutisme.
  4. mouvements volontaires bizarres se manifestant par l’adoption de postures (maintien volontaire de postures inappropriées ou bizarres), de mouvements stéréotypés, d’un maniérisme ou d’une mimique grimaçante prononcée.
  5. écholalie (répétition de mots en écho) ou échopraxie (imitation de gestes).

Selon les cas, il peut y avoir une mise en évidence d’après l’histoire de la maladie, l’examen physique ou les examens complémentaires que la perturbation est une conséquence physiologique directe d’une affection médicale générale.
Il faut éliminer le fait que la perturbation survient exclusivement au cours d’un delirium.
Il ne faut donc pas confondre cataplexie et catatonie malgré des similitudes de prononciation et certaines ressemblances dues à l’immobilité de la personne.

« Back to Glossary Index