Mécanique moléculaire en médecine et nouvelle classification des maladies

logo-science avenir

Elias Zerhouni répond à Eléna Sander

(…)

” La biologie moléculaire est l’avenir de la médecine. Grâce aux nouvelles technologies d’analyses et d’imagerie, on est en train de comprendre qu’une même maladie – un ensemble de symptômes visibles – peut être sous-tendue par des désordres différents. (…)”

“(…) dans les prochaines années, on aboutira à établir une nouvelle classification des maladies en fonction de leur mécanique moléculaire. Cette connaissance fondamentale permettra, par la suite, de poser un diagnostic au stade préclinique, avant la manifestation des symptômes. Nous pourrons ainsi, dans certains cas, prévenir leur apparition, dix ou vingt ans avant.”

Vous voulez dire qu’on se soignera avant d’être malade ?

A l’avenir, on ira consulter le médecin avant que les symptômes n’apparaissent pour éviter de déclarer la maladie. Le nouveau paradigme du XXIe siècle est né : précéder la maladie. Ce sera plus efficace en termes de santé, et moins coûteux. C’est le défi scientifique du siècle.

Vous prédisez une nouvelle médecine ?

J’appelle cela la four P medicine (la médecine des quatre P). Elle sera prédictive et préventive, car elle visera à prévenir les maladies bien avant qu’elles ne surviennent. Personnalisée aussi, son but étant d’obtenir une meilleure compréhension des données individuelles et spécifiques de chaque patient. Participative enfin, car le patient devra faire la démarche d’accéder à cette médecine « avant » d’être malade.

A quelles maladies pensez-vous ?

A toutes les maladies aiguës qui vont devenir chroniques, comme les pathologies cardio-vasculaires, neurodégénératives, musculo-squelettiques, les cancers (…).

La science ne fait-elle pas là des promesses intenables ?

Si, et elle le doit ! Il faut mettre des moyens dans des voies dont on n’est pas certain, ne jamais être sûr de soi ni dogmatique. La beauté de la science c’est l’exploration. Si on cesse de prendre des risques, on est fichu.

Eléna Sender Sciences et Avenir – Mars 2009

Sur le Web: Cliquez pour voir l’article de Sciences et Avenir
Cet avis d’un éminent spécialiste de la recherche médicale américaine va dans le même sens que celui des chercheurs français sur la narcolepsie. Ils pensent qu’il n’y a pas une seule maladie de la narcolepsie cataplexie mais plusieurs maladies proches qui s’expriment avec des symptômes communs. L’avenir de la recherche dira si cela est vrai car cela pourrait avoir des conséquences quant aux moyens thérapeutiques à mettre en œuvre.

Poster un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de