61 Posters sur “Recherche et Sommeil” au congrès de la SFRMS de Nantes

poster 5 : Rythme circadien de la température centrale dans l’hypersomnie idiopathique.

« Ces résultats suggèrent la présence d’un retard de phase chez les patients atteints d’hypersomnie idiopathique »

poster 40 : Narcolepsie, obésité et puberté : Quel lien physiopathologique ? A propos de 4 cas.

« L’hypocrétine et la leptine pourraient être les médiateurs paracrines qui font le lien entre homéostasie, reproduction et sommeil. Cependant la nature exacte de ce lien n’est pas clairement établie. Quoiqu’il en soit il est primordial de savoir reconnaître les symptômes de la narcolepsie chez le jeune enfant et de dépister rapidement les désordres métaboliques que sont l’obésité et la puberté qui peuvent l’accompagner et avoir des répercussions à long terme. »

poster 44 : recherche d’Emilie Sapin (publié)

poster 48 : Troubles dysexécutifs comportementaux dans le Syndrome de Kleine Levin

« Le Syndrome de Kleine Levin (S K-L) est une pathologie extrêmement rare caractérisée par des épisodes récurrents d’hypersomnie ainsi que par des troubles comportementaux et cognitifs souvent répertoriés de manière anecdotique. »

Ce poster rend compte de l’évaluation neuropsychologique de 3 cas de S K-L. Un test utilisé : l’Inventaire du Syndrome Dysexécutif Comportemntal (ISDC), “pourrait s’avérer un outil de mesure pour préciser ces anomalies comportementales et pour l’étude de leurs corrélats cliniques”.

poster 49 : Somnolence diurne excessive : comment la dépister simplement ?

Ce travail est fait dans un objectif de médecine du travail de l’Hôtel Dieu de Paris. « Ces résultats confirment l’intérêt de l’utilisation simple et rapide de l’échelle d’Epworth dans le dépistage de la somnolence. »

poster 51 : Dosage de la MCH chez les patients sujets à des hypersomnies.

Partant des données de la littérature scientifique montrant que la MCH (Mélano Cortine Hormone)serait impliquée dans la régulation homéostasique du Sommeil Paradoxal, les auteurs font l’hypothèse que “le taux de MCH serait modifié chez les patients narcoleptiques et éventuellement chez les sujets hypersomniaques”. Mais ils concluent : “Nos résultats suggèrent que le taux basal de MCH reste inchangé chez les patients narcoleptiques et hypersomniaques”. Ces hypothèses demandent donc à être étudiées davantage pour qu’elles puissent obtenir le consensus de la communauté scientifique.

poster 56 : Sommeil et mémoire (publié)

rappel

Sur le Web: poster d’Emilie Sapin

Poster un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de