Modiodal : dopage intellectuel ?


mardi 20 janvier 2009 par Marcel Rousseau

Vous n’êtes pas sûr de réussir vos partiels de la semaine prochaine ? Une petite dose de Modafinil vous y aidera. Cette molécule est un psychostimulant qui a été testé par une équipe de neurobiologistes de l’Université de Californie, sur des volontaires devant participer à divers tests d’attention.

Les chercheurs ont observé que le Modafinil, généralement utilisé pour ses propriétés éveillantes dans le traitement de la narcolepsie ou des troubles du sommeil chez les travailleurs de nuit, diminue l’activité de base d’un centre nerveux localisé dans le tronc cérébral et nommé locus cœruleus. Toutefois, contrastant avec cette baisse d’activité de base, le locus cœruleus se mobilise davantage dès qu’une tâche mentale commence.

Le Modafinil permettrait donc de réduire l’activité de fond de ce centre cérébral, et de mobiliser ses forces uniquement pour le test. L’activation du locus cœruleus permet également une suractivation du cortex préfrontal, important pour le contrôle de l’attention. Les auteurs voient dans ce type de molécules les dopants mentaux du futur, un espoir pour certaines pathologies comme l’autisme et la schizophrénie, mais une direction inquiétante si le grand public, encouragé par les entreprises pharmaceutiques, devait croire un jour qu’on peut remplacer l’apprentissage et la culture par des molécules stimulantes.

Sur le Web: Cliquez pour lire l’article de Sébastien Bohler sur le site pourlascience.fr

Pour en savoir plus :

M. Minzenberg et al., in Science, vol. 332, p. 1700, 2008.

L’auteur :

Sébastien Bohler est rédacteur à Cerveau & Psycho.



dessin de Jean-Michel Thiriet
Répondre à cet article